Inscriptions pour le Brevet d'Initiation Aéronautique ouvertes jusqu'à fin octobre. Profitez-en, c'est gratuit !

Techniques du planeur

- Comment fait un planeur pour tenir en l'air sans moteur ?

     Un planeur descend toujours lentement vers le sol, il suffit de trouver des courants aériens ascendants et de rester à l'intérieur; si la force ascensionnelle de ces courants est plus forte que le taux de descente du planeur, ce dernier gagnera de l'altitude.

     Ainsi en “sautant” d'une ascendance à l'autre il est possible de rester en l'air pendant des heures et de parcourir des distances impressionnantes.

     En Champagne-Ardenne les gains d’altitudes sont essentiellement dus aux ascendances thermiques.

     Lorsque le soleil réchauffe la terre, le réchauffement sera fonction de la nature du sol. Celui-ci peut absorber la chaleur (forêt, prairie) ou la réfléchir (blé, carrière, village) et réchauffer alors la couche d'air qui se trouve à son contact. L'air chaud va s'élever, remplacé par de l'air froid qui sera réchauffé à son tour et le cycle sera enclenché. Cet air chaud va s'organiser en colonnes ascendantes qui peuvent monter dans notre région jusqu'à 2500 m avec une vitesse verticale pouvant atteindre 5 m/s.0

     Souvent les cumulus, nuages de beau temps, matérialisent la présence des ascendances. L'art du pilote de planeur consiste à trouver les zones ascendantes et à voler en spirale dedans pour monter le plus haut possible jusqu’à la proximité du nuage.

     Le pilote profite alors de cette altitude pour se déplacer en planant vers la prochaine ascendance. Il peut ainsi parcourir des centaines de kilomètres ou rester des heures en l’air. Avec nos planeurs, une perte d’altitude de 1000 m permet de parcourir en moyenne 40 kms en vol plané. A Reims, en 2014 il y a eu 13.000 kms parcourus sur la campagne entre la vallée de la Loire et la Belgique. Le circuit le plus long a été de 600 kms en 7h30 avec une moyenne de 80 km/h.



- Comment trouve-t-on les ascendances ?

     Grace à un instrument appelé le variomètre, tous les planeurs en ont un et même parfois deux; cet instrument indique au pilote si le planeur monte ou descend par rapport à la masse d'air autour de lui. Ces instruments sont très sensibles et peuvent lire la moindre variation ascendante ou descendante du planeur.

     C’est aussi par l’observation du sol et des nuages que le pilote s’oriente vers les zones favorables.


- Comment trouve-t-on les ascendances ?

     Pas de soucis ! Le planeur “plane”, descend doucement vers le sol et atterrit.